Bernard Nadel

Chant & Guitare

A l'âge de 12 ans Bernard Nadel rencontre Georges Brassens au fond de l’impasse Florimont.
Il garde en mémoire ce précieux moment.

Il ne cesse de chantonner le répertoire du poète qu’il admire et respecte. D’abord pour son entourage, puis ici et là en soirée, chez Djuri à Saint Germain, dans quelques vieilles caves parisiennes... Puis un soir quelqu’un lui déclare : « Georges Brassens aurait été content de vous entendre le chanter ». C’était Michel Wyn qui, jeune réalisateur, l’avait bien connu lors du tournage du film « Porte des Lilas ». Un autre soir, sur le pas de la porte d’un caveau, après avoir gratté ensemble quelques chansons, Paco IBANEZ lui dit : « Chante... Il faut que tu chantes ! ».


En 2009 il rencontre Mario Poletti l’intime et grand ami de Brassens qui l’associe aux journées Georges Brassens , au cours desquelles il se produira quatre années de suite.

 

En Octobre 2011 , à l’occasion de la célébration des 30 ans de la disparition de Georges Brassens, il interprète dix chansons dans un disque que l’association ACE 15 produit pour célébrer cette date.
La dixième chanson du disque est une mise en musique du poème de Ronsard ; Lettre à Cassandre, que Bernard adapte sur l’air des Passantes, et en y ajoutant un quatrième couplet en hommage à Brassens...(« ainsi que Malherbe consolait Monsieur Du Perrier qui venait de perdre sa fille ayant vécu ce que vivent les roses, l’espace d’un matin , je trouvais qu’il était élégant d’en rapprocher la disparition de notre poète d’une vie trop courte aussi »).

Le 3 novembre 2013 , accompagné à la contrebasse par Pierre Maindive ; il se produit Chez Walczak (« Le Bistrot » de Brassens). Le concert est enregistré en public par Lionel Risler ( Sofreson- Paris) .
Il en sort un disque intitulé « Dans un coin de Paris ...» ( clin d’œil à Tonton Georges qui dans la chanson évoquait « un coin pourri » ).
Le disque est composé de 20 chansons dont 13 reprises , 5 nouvelles musiques sur des poèmes de Villon, Hugo et Verlaine, une dont les paroles et musique sont de Bernard et 2 classiques de la chanson française (« La complainte de la butte » et « L’amour est passé près de vous »).

Please reload

PIERRE MAINDIVE

Contre-bassiste

Issu d'une famille de musiciens, Pierre débute très tôt ses études musicales, mais ce n'est pourtant qu'après avoir gravité autour de différents métiers de la musique qu'il choisit finalement la voix de sa contrebasse et de son Maître Jacques Cazauran.

Il se perfectionne ensuite auprès de Bernard Cazauran et Gary Karr et obtient en 1994 un premier prix du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Frédéric Stochl.

La même année, il est recruté au sein de l'Orchestre National d'Île de France au poste de contrebasse second soliste. Depuis, sa passion des arts et son expérience d'orchestre lui font découvrir de nouvelles sensibilités et de nouveaux mondes qui lui permettent de s'exprimer et de partager son enthousiasme auprès de nombreuses personnalités

Issu d'une famille de musiciens, Pierre débute très tôt ses études musicales, mais ce n'est pourtant qu'après avoir gravité autour de différents métiers de la musique qu'il choisit finalement la voix de sa contrebasse et de son Maître Jacques Cazauran.

Il se perfectionne ensuite auprès de Bernard Cazauran et Gary Karr et obtient en 1994 un premier prix du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Frédéric Stochl.

La même année, il est recruté au sein de l'Orchestre National d'Île de France au poste de contrebasse second soliste. Depuis, sa passion des arts et son expérience d'orchestre lui font découvrir de nouvelles sensibilités et de nouveaux mondes qui lui permettent de s'exprimer et de partager son enthousiasme auprès de nombreuses personnalités

Pierre rencontre Bernard en 2013. C'est là que débute une amitié et une fusion artistique, qui est partie pour durer !

Please reload